Un ketje du pays du matin calme.

Un zinneke

Qui est Hong Gildong? C’est un sloeber qui foeffelait à l’autre bout du monde et a connu sa grandeur plus ou moins à l’époque où il y eu la peste à Bruxelles et quand Charles Quint est né à Gand. Il est le fils d’un patapoef aristocrate qui ne savait pas de chemin avec son tich et d’une servante, goo verzeen van uure en puute, qui s’est du coup retrouvée ne pouchenel dans sa skooif. Sous la dynastie Joseon, les lois confucianistes ne rigolent pas avec ce genre de stuut. S’il n’est pas foutu à la porte par son père et tous les dikkeneks de sa famille, il est obligé de vivre en stoemelings pour éviter les rammelings.

Un bandit

Même s’il sait d’rtegen, rester vivre avec une famille de kluuts comme la sienne, ce n’est pas sain. Après une voenk op zaain cabine de trop, il prend la porte. Et à force de zieverer, il devient le chef d’une bande de klettes qui prend à des salopards pour nourrir les sukkeleirs. La bande s’appelle Hwalbindang, et tout sévit dans tout le pays. Les gendarmes kraaigen in hun kluûte de la part du roi, mais quand ce dernier réclame qu’on lui amène Hong Gildong, ge zotj em de commeune geive zonner te biechte. Je ne veux pas faire nen ereur, dit le roi. On m’a dit que tu es un arrangeur et je n’ai même pas envie de lancer une onderzuuke. Da d’ angt maan voote n’ oet, ajoute-t-il, mais klapt teige ma gat. Sans trop bien comprendre, Hong Gildong sait juste qu’il soit se carapater.